Conférences “Figures féminines dans la tradition et le folklore russes”

Lise Gruel-Apert interviendra sur les figures féminines dans la tradition et le folklore russes aux Journées européennes du livre russe et des littératures russophones.

Pour assister à la conférence, rendez-vous à la mairie du Ve arrondissement de Paris, place du Panthéon, le samedi 3 février à 12h30.

 


Conférence “La Carélie et ses conteurs analphabètes”

Le 18 janvier, Lise Gruel-Apert donnera une conférence sur son voyage de 1993 en Carélie et traite des remarquables conteurs analphabètes qu’elle y a rencontrés.

Rendez-vous à 18h30 au Musée du Quai Branly, sous-sol, salle d’atelier 1.


Conférence de l’Age d’or de France

Nathalie Krajcik Bellanger, conteuse, illustratrice et sculptrice donnera, le 12 janvier, une conférence sur le thème du génie du phénix à travers l’art du conte.

Rendez-vous à 10h30 au centre Jules Vallès, 75015 Paris.


La Maison du Conte pend sa crémaillère

L’inauguration de la Maison du Conte aura lieu le 27 janvier.

Au programme visites guidées décalées, duos contes-cirque et autres activités à partir de 11h. Rendez-vous au 8 rue Albert Thuret à Chevilly-Larue.

Plus d’informations sur le site de la Maison du Conte : http://lamaisonduconte.com/evenement/cremaillere-de-la-maison-du-conte/


Festival Contes d’hiver Le Mandapa

Le pouvoir de la Parole : nue, enrobée, incantatoire, rebelle, charmeuse, apaisante, guérisseuse… et toujours porteuse d’un enseignement indémodable où toute question trouve sa réponse. Qui a dit que les Contes ne s’adressaient qu’aux enfants ?…”

Depuis le 7 janvier et jusqu’au 11 février, Le Mandapa vous invite à la 37ème édition de son festival Contes d’hiver.

Toutes les informations sur les différents spectacles sur http://www.centre-mandapa.fr/?p=5144

 

 


Bonne année 2018 !


Calendrier de l’Avent
24 décembre

Toute l’équipe de La Grande Oreille vous souhaite de joyeuses fêtes !

Nous vous retrouvons en 2018 avec de belles histoires à vous faire découvrir.


Calendrier de l’Avent
23 décembre

Pourquoi les roses de Noël sont si odorantes.

Un des bergers venus adorer le Divin Enfant était si pauvre qu’il ne put rien lui apporter, parce qu’il n’avait rien. Honteux de sa pauvreté, il restait recroquevillé dans un coin. Il s’aperçut alors que les flocons de neige qui tombaient dans l’étable par les fentes de son misérable toit se transformaient en touchant terre en de jolies fleurs blanches. Le berger en cueillit ici et là pour en faire un bouquet, qu’il offrit à la Vierge Marie pour qu’elle le mette près de son fils. Dès que Marie eut approché les fleurs de son nez pour les sentir, elles répandirent un parfum délicat et d’une grande douceur. Depuis ce jour, certains des flocons de la neige qui tombe pendant l’Avent se changent en petites fleurs comme celles-là. On les appelle des roses de Noël.

Francesca Balcells. Guissona. 1918.


Calendrier de l’Avent
22 décembre

Dans la nuit de l’hiver galope un grand homme blanc.
C’est un bonhomme de neige avec une pipe en bois,
un grand bonhomme de neige poursuivi par le froid.

Il arrive au village.
Voyant de la lumière,
le voilà rassuré.

Dans une petite maison, il entre sans frapper
et pour se réchauffer
s’assoit sur le poêle rouge
et d’un coup disparaît,
ne laissant que sa pipe au milieu d’une flaque d’eau,
ne laissant que sa pipe et puis son vieux chapeau…

© Jacques Prévert,


Calendrier de l’Avent
21 décembre

Nuit de neige

La grande plaine est blanche, immobile et sans voix.
Pas un bruit, pas un son ; toute vie est éteinte.
Mais on entend parfois, comme une morne plainte,
Quelque chien sans abri qui hurle au coin d’un bois.

Plus de chansons dans l’air, sous nos pieds plus de chaumes.
L’hiver s’est abattu sur toute floraison ;
Des arbres dépouillés dressent à l’horizon
Leurs squelettes blanchis ainsi que des fantômes.

La lune est large et pâle et semble se hâter.
On dirait qu’elle a froid dans le grand ciel austère.
De son morne regard elle parcourt la terre,
Et, voyant tout désert, s’empresse à nous quitter.

Et froids tombent sur nous les rayons qu’elle darde,
Fantastiques lueurs qu’elle s’en va semant ;
Et la neige s’éclaire au loin, sinistrement,
Aux étranges reflets de la clarté blafarde.

Oh ! la terrible nuit pour les petits oiseaux !
Un vent glacé frissonne et court par les allées ;
Eux, n’ayant plus l’asile ombragé des berceaux,
Ne peuvent pas dormir sur leurs pattes gelées.

Dans les grands arbres nus que couvre le verglas
Ils sont là, tout tremblants, sans rien qui les protège ;
De leur œil inquiet ils regardent la neige,
Attendant jusqu’au jour la nuit qui ne vient pas.

                                       Guy de Maupassant



  • Liens
    À consulter ici.
    Envoyez-nous vos informations (spectacles, formations, conférences, festivals) pour que nous les annoncions parmi nos actualités.